Putois et Furet : NE PAS CONFONDRE !

Avatar de l’utilisateur
titounette
Présidente
Présidente
Messages : 21039
Inscription : 12 oct. 2004, 22:53
Sexe : femme
Localisation : Cesson-Sévigné (35)
Contact :

Putois et Furet : NE PAS CONFONDRE !

Messagepar titounette » 15 juil. 2018, 13:31

“j’ai trouvé un fureton dans la forêt !”... ou pas !

C’est la phrase qu’on redoute (et bon nombre d’assos pour furets également je pense), et qu’on entend chaque printemps et chaque été, invariablement.

Cet article va avoir pour but de vous faire comprendre qu’il est très très peu probable que vous trouviez un fureton non sevré (moins de 8 semaines) en campagne ou en forêt, bref seul dans la nature.

Pour rappel, les furets ne survivent pas à l’état sauvage donc les furets ne peuvent pas se reproduire dans la nature. Il faudrait donc que le petit bébé ait été abandonné là. Quand il y a abandon de fureton si jeune, c’est toute la portée qui est abandonnée en même temps. Évidemment quand il s’agit de cruauté humaine, il n’y a pas de limite mais il demeure quand même (bizarrement il faut bien le reconnaitre), une certaine logique.

Ne confondez pas putois et furet !


C'est la pleine période des petits putois (et autres bébés mustélidés tels que belettes, fouines, martres, blaireaux...).
Donc si vous trouvez en campagne ou en forêt (dans la nature de manière générale) un "fureton" avec les yeux encore fermés, NE LE RAMASSEZ PAS ! Sinon vous risquez de plus le mettre en danger que de le sauver !
Il s'agit très probablement d'un bébé mustélidé sauvage (putois, fouine, belette....) et la maman doit être en train de déplacer le nid. Laissez-le là où il est (si elle sent votre odeur sur lui, elle abandonnera son bébé par peur de l’humain). Revenez voir plusieurs heures après et s’il est toujours là, oui il est en danger et là vous allez pouvoir l’aider.
Avant tout, faisons quelques rappels et explications.


1 - AVANT 4 SEMAINES
Avant 4 semaines, ils ont tous les yeux fermés... et sont pratiquement nus, bref ce sont tous des saucisses knackis roses et dodues ! Voici les 3 mustélidés qui vraiment se différencient des autres dès leur naissance quasiment : les blaireaux, les fouines (et martres) et les visons.

- Bébés blaireaux :
(blaireautins)
Image

- Bébés fouines : (ou martres)
Image

- Bébés visons :
(visonneaux)
Image


Pour les belettes et les hermines
(bon déjà il faudrait qu’il y ait encore des hermines à l’état sauvage, mais vu qu’elles sont éteintes c’est peu probable), on va voir la différence dans la taille : une belette pèse maximum 400gr à l’âge adulte. Une grosse belette adulte fait la taille d’une mini-furette adulte.

Donc on pèse la bête, et on voit suivant le développement post-natal (ci-dessous) :
• Si c’est plus petit qu’un furet, c’est une belette ou une hermine
• Si c’est plus lourd qu’un furet (vraiment plus lourd) c’est une fouine ou un blaireau (si les marquages n’ont déjà pas suffit à s’en rendre compte).

Mais le souci c’est avec le putois, il y a très très peu de différence. La taille est quasi identique (rien de significatif en tout cas), la morphologie générale est parfaitement identique, le développement post-natal est identique... Mais vous me direz alors : mais comment savoir ? Et bien si on peut savoir !

Le développement du fureton :
Ce sera un postulat de base pour comparer avec les autres bébés mustélidés autres que le putois
Un fureton nait à environ 10gr et mesurent 4-5 cm de long. ça fait une base de départ. Ils naissent sourds et aveugles.
7 jours il a doublé de taille et de poids et on peut le sexer, le poil commence à pousser.
14 jours, les marquages et couleurs sont visibles. Ils commencent à bailler et les premières dents de lait sont visibles (très petites mais visibles).
3 semaines, les canines de lait sont sorties, ils sortent du nid, et peuvent commencer à manger solide (sous forme de bouillie).
4 semaines, ils ouvrent les yeux et les oreilles et ils commencent à jouer entre eux. Ils pèsent généralement autour de 200gr. A un mois ils ont multiplié au moins par 10 voire par 20 leur poids de naissance.
5 semaines, ce sont vraiment des mini-furets, tout fonctionne normalement, ils jouent, gambadent. Les prémolaires de lait sont sorties. Ils continuent de téter encore un peu mais mangent de plus en plus de solide (proies mixées).
7 semaines, ils ne boivent plus de lait maternel, ils mangent normalement, ils commencent à boire de l’eau (puisqu’ils ne sont plus allaités).


Petit bébé putois à 4-5 semaines :
Image
Alors évidemment vous allez dire que ce petit bébé putois ressemble beaucoup à un fureton black milk mouth.

En effet, mais il y a aussi des différences (que vous trouverez en point 3).
Et puis surtout, même dans les abandons les plus atroces il y a toujours une logique : pourquoi une personne ayant fait faire une portée à sa furette (car on est bien d’accord qu’il est peu courant qu’une furette se retrouve gestante par hasard, car les furettes ne courent pas la campagne comme les chattes ou parfois les chiennes) pour avoir des furetons blacks (car ça n’arrive pas par hasard non plus les petits blacks), furetons qui ont une valeur marchande très élevée et qui se vendent facilement, pourquoi une telle personne irait abandonner un petit fureton black qui vaut au minimum 250€ à 8 semaines (brut, sans identification ni vaccination)…
C’est peu probable ! C’est comme pour les chiens, les chiots de race qui se vendent cher et qui sont très recherchés sont rarement abandonnés en forêt. En fait tout ça c’est une histoire de logique.
Si vous voyez un cheval avec des rayures en Afrique, c’est plus probablement un zèbre qu’un cheval qui aurait été peint. Là c’est pareil : si vous trouvez un petit bébé mustélidé pas encore sevré (les yeux fermés très souvent) dans la nature, c’est plus probable que ce soit un petit mustélidé sauvage que sa maman transporte, plutôt qu’un fureton tombé là par hasard.


2 - APRÈS 6-8 SEMAINES

Si physiquement ils continuent de se ressembler, le comportement va devenir diamétralement opposé !

Le furet va rechercher la compagnie de l’Homme, va vouloir jouer, interagir avec l’humain.
Le putois, même sevré à la main, à partir de 6 semaines, (parfois plus tard) va vouloir fuir l’Homme à tout prix, sera pris de panique en sa simple présence, et attaquera systématiquement ou sera paralysé par la peur. Les putois ont très très peur des humains ! Leur instinct les pousse à nous fuir comme la peste !
• Le putois est hyper agile, il fait des bonds comme un chat et se faufile comme une anguille (alors que le furet c’est quand même le roi de la maladresse physique) !
Le putois est beaucoup plus fort qu’un furet : un petit putois de 400gr a réussi à me faire ouvrir mes 2 mains qui l’enserraient et que je serrai de toutes mes forces, juste en poussant avec ses pattes avant contre mes doigts ! Même en luttant de toutes mes forces je n’ai pas pu résister !
Le putois est peureux de tout ce qui est humain : bruits de la maison, objets divers et variés.

Le même bébé putois à 8 semaines :
Image

3 - LES PARTICULARITÉS DU PUTOIS

• Le putois ne peut pas être albinos
• Dès que les poils vont apparaitre sur le visage, le masque en T apparait : le masque qui entoure les yeux est toujours relié à la truffe qui est toujours colorée chez le putois, jamais rose.
• Le bout des oreilles est plus clair que le reste de la tête.
• Son poil est luisant, très brillant
• Il sent plus fort qu’un fureton, ça sent le fauve (comme dans une ménagerie de cirque), alors qu’un fureton va sentir un mélange de miel et de menthe fraiche ou de pipi de chat.

Image
Lylie et Aïda, furettes de couleur « putoisée » : le masque n’est pas relié au nez par un trait de poil continu.

Les différents putois que nous avons recueillis :
- Tiki, jeune femelle :
Image
- Arthur, vendu comme "jeune furet" par un braconnier à un novice (il avait surement été capturé pour saillir des femelles pour retremper les lignées consanguines à souhait)
Image
- Jojo, jeune mâle :
Image


4 – QUE FAIRE SI JE TROUVE UN MUSTÉLIDÉ SAUVAGE ?

Ne le ramassez pas immédiatement, ne le touchez pas.
Si vous mettez votre odeur sur lui, sa mère prendra peur et ne voudra plus s’en occuper, elle l’abandonnera et il mourra.

S’il est adulte il pourrait gravement vous blesser en vous mordant. La morsure d’un furet n’a rien à voir avec celle d’un putois, c’est de la rigolade à côté du putois.

Revenez quelques heures plus tard et s’il est toujours là, qu’il semble en détresse, prenez-le dans un linge.
Moins il aura de contact physique proche avec l’humain, moins il sera habitué à l’humain et plus facilement il pourra être relâché dans la nature, où est sa vraie place, quand il sera assez fort.

S’il est adulte, prenez des gros gants en cuir et une serviette éponge très épaisse pour vous protéger et attraper l’animal (qui ne se laissera faire que s’il est très malade ou très blessé donc peut-être douloureux et donc avec de grosses envies de mordre !).

Vous pouvez nous appelez pour vous assurer que ça n’est pas un furet.
Envoyez-nous une photo de l’animal dans son entier et une de sa tête bien en détail. Pesez-le.
Si vous nous disons que ça n’est pas un furet, suivez nos instructions pour sa survie et son bien-être !

Les mustélidés sauvages sont menacés d’extinction en France !
Les confondre sans cesse avec des furetons et les ramasser contribue à leur extinction si le petit n’est pas pris en charge correctement ensuite !

Le putois est menacé d’extinction car trop chassé.
L’hermine est quasi complètement éteinte depuis des décennies.
Le vison d’Europe est quasi éteint (seule une toute petite population subsiste en Aquitaine et région Centre, mais on parle de quelques dizaines d’individus seulement).

- Ne pas leur donner de lait de vache : complètement indigeste pour eux !
Le lait maternisé de chatte conviendra le mieux mais ça n’est pas encore assez riche pour les mustélidés.

- S’il est en âge de manger solide : pas de croquettes mais de la viande de volaille ou lapin (pas de bœuf, de porc ou de mouton).
Jamais de lait, de fruits, de légumes, cela leur donnera la diarrhée.

- Le biberonnage sur les petits mustélidés donne de très faibles taux de survie.

Il n’y a pas de lait maternisé suffisamment adapté pour eux.

S’ils ne sont pas allaités régulièrement, leurs poumons ne se développent pas correctement et ils meurent d’insuffisance respiratoire dans les jours qui suivent. (donc ils meurent asphyxiés)

- Certains centres de faune sauvage s’occupent des petits mustélidés, mais pas tous.
Dans certains départements, les mustélidés sauvages sont encore tous considérés comme nuisibles ou gibiers (alors qu’ils sont tous menacés d’extinction)

Appelez-nous et nous vous donnerons des adresses.

Leurs vies sont précieuses donc ne les privez pas de leur milieu naturel sans réfléchir un minimum ! Ce sont des petits prédateurs très utiles à notre éco-système et à notre agriculture !

Revenir vers « Infos »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité